La formation des signes en LSF

 

     Pour former un mot, la langue des signes utilise cinq éléments qui se combinent :

- La configuration : c'est la forme de la main, parmi les innombrables formes de mains physiologiquement possibles la LSF en a retenu 60.

Les configurations des mains peuvent apparaître :
- sur une main qui bouge
- sur deux mains actives et symétriques
- sur les deux mains, dont une (la main dominante) agit sur l'autre qui ne bouge pas.

- L'orientation de la main : les mains peuvent être orientées paumes vers le bas, le haut, l'une vers l'autre, etc. Les bras peuvent être horizontaux, verticaux, obliques, etc.

- L'emplacement : l'endroit où les signes se font soit une quinzaine d'endroit sur le corps et trois principaux dans l'espace. Par exemple, le signe peut se placer sur la bouche, les yeux, le bras, l'estomac, la paume, etc.

- Le mouvement : un ou plusieurs mouvements peuvent être utilisés. Ils peuvent être simple (une main qui descend) ou complexes (deux mains qui se rapprochent avec les doigts qui vibrent). Les mouvements de tête peuvent aussi entrer en jeu. Différents éléments peuvent intervenir pendant un mouvement dont le trajet, la direction et la vitesse.

- L'expression du visage : donne un sens à un signe isolé et est fondamentale dans la construction d'une phrase.

 

 

     Des modulations de mouvement, d'expression du visage et d'emplacement peuvent servir à :
- intensifier un signe, un accent
- combiner des signes pour faire des signes composés
- différencier certaines paires "nom-verbe".

     Comme toute langue, la langue des signes utilise la syntaxe. Cette syntaxe est gestuelle et visuelle. Dans la formation d'un signe, la combinaison des paramètres est simultanée contrairement avec la voix où l'enchaînement est linéaire.

     Pour comprendre la syntaxe utilisée dans la LSF, je vous conseille ce livre : La langue des signes : Introduction à l'histoire et à la grammaire.